PROGRAMME MUNICIPAL (suite)

Si les Rémois nous font confiance en mars prochain, nous commencerons immédiatement les procédures pour faire tomber la concession de la transdev pour les transports urbains rémois (TUR) au motif de faute grave : le contrat stipule que le budget doit être à l’équilibre, or il est en déficit mais la transdev verse tout de même des dividendes à ses actionnaires à hauteur de 10% de rentabilité. Lorsque cela sera fait, nous reprendrons les TUR en régie publique municipale. Nous étudierons dans le même temps avec les associations d’usagers et les syndicats des TUR, un nouveau Plan de Déplacement Urbain (PDU) qui donnera la priorité aux transports par rapport à la voiture avec des couloirs de bus, priorité au feu, de véritables pistes cyclables… Pour les citoyens vivant aux alentours de Reims, des parkings relais seront installés en périphérie et seront gratuits lorsque que l’usage est conjugué à l’utilisation du réseau de transport public.

Nous agirons rapidement sur la fiscalité notamment sur la TEOM qui peut être déjà divisée par deux grâce aux efforts des Rémois dans le tri des déchets qui rapporte de plus en plus d’argent à la commune par la revente des matières premières triées.

Nous lancerons des études pour rechercher des sources de chauffage collectif et créer une régie municipale pour le chauffage en utilisant la géothermie basse énergie, la chaufferie déjà en place et éventuellement d’autres techniques. Ceci permettra la création d’emplois mais également la baisse du coût du chauffage pour les Rémois et une amélioration de l’indépendance énergétique de Reims qui sera beaucoup moins sensible aux hausses des matières fossiles carbonés (gaz et pétrole).

Nous utiliserons les compétences des universités et écoles d’ingénieur présentes sur Reims pour aider la création d’une coopérative spécialisée dans l’isolation thermique dont le carnet de commande sera garanti par les bâtiments publics ainsi que les 41% de logements sociaux que compte la ville. Le matériau utilisé pour l’isolation devra valoriser le territoire champenois afin de créer une dynamique industrielle dans la région : utiliser de préférence de la laine de bois, ou du chanvre par exemple.

Enfin, quelque chose qui me tient tout particulièrement à cœur car elle démontre le sens que nous souhaitons donner à l’action politique dans sa globalité. Il s’agit des premiers mètres cubes d’eau gratuits. Aucun être humain ne peut vivre sans eau. Nous considérons donc qu’il est indécent qu’une famille voit son eau coupée parce que les difficultés financières s’accumulent pour elle. Pour remédier à cela, nous devons considérer que les mètres cubes d’eau nécessaires à la vie doivent être gratuits car nous avons tous droit à la vie et que couper l’eau revient à condamner quelqu’un. La régie de l’eau de Reims Métropole devra donc trouver une méthode de calcul pour garantir la gratuité du minimum vital pour tous en évitant une hausse de la facture d’eau pour les consommations maîtrisées.