Liquidation d’ODCF Wayne-Dalton à Reims. On lâche rien !

Par Xavier Béchereau

l’exploitation des salariés de Wayne Dalton

Le Parti de Gauche souhaite apporter tout son soutien aux 65 salariés de l’usine de Wayne Dalton à Reims.

Encore une fois, nous sommes en présence de la violence du système capitaliste financier sur l’humain et de sa formidable capacité à détruire les vies des hommes et des femmes. Cette usine fait partie de la multinationale Wayne Dalton dont le cœur de l’activité est la production de portes automatiques de garage qui sont ensuite vendues à des grandes enseignes de bricolage. La holding japonaise du groupe Américain a donc décidé sans attendre le comité d’entreprise de fermer l’usine et de licencier le personnel pour raisons économiques… que nous aimerions réellement connaitre !

En effet, le carnet de commande est rempli à foison : à ce jour, 7000 portes sont en commandes fermes sur le site de Reims, les salariés font même des heures supplémentaires depuis le mois de janvier pour respecter les délais de livraison. Le résultat net de la holding en 2012 est d’ailleurs excellent : 83.2 millions de dollars ;  à noter que certes les résultats nets de 2010 et 2011 sont négatifs (respectivement -2.9 et -12) mais que les actionnaires ont reçu tout de même respectivement 9 et 26,1 millions de dollars de dividendes.

L’usine de Reims est donc parfaitement rentable et il y a les moyens de maintenir le projet industriel ainsi que les emplois et le savoir-faire qui sera irrémédiablement perdu si on ne fait rien. La région a déjà perdu 30 000 d’emplois en 10 ans et ce sont combien d’habitants qui quittent la Champagne-Ardenne ? La fermeture de cette usine est bien entendu contraire à l’ensemble du projet politique du Front de Gauche : l’humain d’abord et à la thèse politique du parti de gauche : l’écosocialime. On ne peut pas accepter que des actionnaires décident de déplacer la production dans un pays où les normes environnementales et sociales permettent d’accroitre la rentabilité d’un groupe. Le seul problème arrivera le jour où plus personne ne pourra acheter la production car tout le monde aura vu son emploi délocalisé. Mais d’ailleurs, ne serait-ce pas déjà le cas ?

Nous avons bien évidemment besoin de produire localement pour développer les circuits courts dans une logique de protection de l’environnement et pour faire fonctionner l’économie. Il est donc impensable de laisser fermer l’usine de Wayne Dalton à Reims et c’est pourquoi, nous nous joindrons demain aux salariés en lutte devant la cour d’appel de Reims pour tenter de faire tomber l’abjecte décision de fermeture du site. Venez nombreux manifester avec nous.

Rendez vous demain à 11h
devant la cour d’appel
201 rue des Capucins Reims.