Delphine Batho a raison !

par Xavier Béchereau

Addendum de dernière minute : François Hollande a mis fin aux fonctions de Delphine Batho. Ce gouvernement montre définitivement son intolérance au débat démocratique et son inaptitude à la réflexion critique et au changement de cap. La preuve est faite qu’on ne le changera pas de l’intérieur.

 

Convoquée à Matignon ! Voici les mots que le quidam a pu lire sur le compte twitter du premier ministre.

Quelle est cette république qui « convoque » ses ministres comme on convoque un ado chez le proviseur ? Nous sommes censés vivre en démocratie et donc chacun doit exprimer son opinion, opinion qui, d’ailleurs, a d’autant plus d’importance lorsque l’on est le ministre chargé d’une des réformes les plus cruciales pour le pays : la transition énergétique.

Pour rappel, engagement numéro 1 de François Hollande :

« Je créerai une Banque publique d’investissement. À travers ses fonds régionaux, je favoriserai le développement des PME, le soutien aux filières d’avenir et la conversion écologique et énergétique de l’industrie. Je permettrai aux régions, pivots de l’animation économique, de prendre des participations dans les entreprises stratégiques pour le développement local et la compétitivité de la France. Une partie des financements sera orientée vers l’économie sociale et solidaire. »

Mais depuis sa prise de pouvoir, le gouvernement Ayrault a changé ses priorités. Nous sommes à l’air du « redressement des comptes de la France » ou de la politique du « sérieux budgétaire ». Bien évidemment lorsque l’on court après une dette illégitime dont le rôle est d’assurer les rentes privées des plus riches, en pratiquant l’austérité, l’État manque cruellement de marges de manœuvre financière. Comme par le passé, la France pratique donc une politique sans imagination, sans perspective dont les conséquences sont la réduction des dépenses et notamment celle des investissements de long terme. On a pu voir récemment le gouvernement repousser de nombreux grands projets d’infrastructures à 2030 (article du parisien) et maintenant c’est le ministère de l’écologie de Delphine Batho, qui devait piloter la transition énergétique, dont le budget sera réduit de 7%.

Quel est le fond de l’affaire ? Delphine Batho est dans son rôle de citoyenne et elle interpelle très justement le premier ministre et la nation, en affirmant que le moment est mal choisi pour réduire son budget de fonctionnement et donc que le budget 2014 est mauvais. Nous ne pouvons que féliciter la ministre car l’écosocialisme, programme du Parti de Gauche, membre du Front de Gauche, propose un changement profond écologique et socialiste de l’économie, pour répondre aux enjeux environnementaux du futur proche mais également au chômage de maintenant. Cette politique d’intervention de l’État dans l’économie et de relance de l’activité est incompatible avec une politique d’austérité et cela fait maintenant des mois que nous alertons le gouvernement sur cette question. Si on peut encore tolérer qu’on nous traite comme des semi-déments parce que nous ne voulons pas participer au gouvernement de l’austérité, qui peut accepter de voir un ministre posant des questions se faire traiter de la sorte alors que force est de constater que nos prévisions se vérifient mois après mois ?

Madame Batho, le Front de Gauche vous soutient dans votre démarche, il y a autre chose à faire pour notre pays !


Delphine Batho : « Le budget 2014 est mauvais » par rtl-fr